Bello Bottes pour Femme noir Schwarz 42 EU RwRif0vI

SKU-45110-hkx39501
Bello, Bottes pour Femme - noir - Schwarz, 42 EU
Bello, Bottes pour Femme - noir - Schwarz, 42 EU
Sign in
France

Secteurs d'activités et Applications

Tous les secteurs

Toutes les applications

Bâtiment

Cycle de l'eau

Trouver votre pompe

Les pompes les plus populaires

Matériel marketing

Fichiers BIM

Génie climatique

Process industriel

Adduction d'eau

Relevage - Assainissement

Tarifs

Services Support

Découvrez notre offre de services

Votre pompe ne fonctionne plus ?

Outils

Nouveauté 2017 !

Academy

Ecademy

Grundfos pour vous

Grundfos pour les installateurs

Grundfos pour les foreurs

Grundfos pour les ingénieurs

Espaces clients

À propos de Grundfos

Grundfos France

Carrière

Espace presse et média

Les dernières actus

Aide Assistance

Obtenir un devis

Déposer une réclamation

Trouver une documentation

MyGrundfos

Version classique Baskets Redskins Witarg Marine 9oIWMzpE
Le principe démocratique et son parti: le négatif
L’histoire comme réalisation de la liberté

Bakounine jeune hégélien

Jean-Christophe Angaut
Table des matières
Adidas Terrex Ax2r Noiess/noiess/beable 2018 Taille 41 1/3 Bleu/noir CVdEZDPRT2
Partager
Cité par
ORCID Info Ajouter à ORCID
Texte Notes

1 Bakounine n’est pas le seul, au début de la décennie 1840, à affirmer le primat du négatif. L’insistance des différentes composantes intellectuelles de la Réaction allemande sur le positif pousse ainsi Feuerbach dans son article sur la à envisager comme négative l’une des deux tendances qui se disputent l’héritage de la tradition philosophique. De ces deux tendances, que Feuerbach qualifie de «partis», l’une exprime l’exigence «de conserver l’ancien et de proscrire le nouveau», l’autre «l’exigence de réaliser le nouveau». Ces deux camps ne sont pas simplement des courants philosophiques: ils sont caractérisés politiquement car «si nous envisagions la nécessité d’une réforme de la philosophie d’un point de vue purement philosophique, ce serait une vue trop bornée, et déchoir dans une banale querelle d’école»; cette réforme nécessaire doit au contraire répondre «à l’exigence de l’histoire présente et de l’humanité». Cette exigence ne peut être portée par la tendance conservatrice car «l’exigence de conservation […] n’est que Réaction», d’où une condamnation de la philosophie hégélienne comme simple «synthèse arbitraire de divers systèmes existants, d’insuffisances, mais sans force positive parce que sans négativité absolue». Et Feuerbach de conclure par une remarque à laquelle la conclusion de «La Réaction en Allemagne» fera écho: «seul possède la puissance de créer du celui qui a le courage d’être absolument négatif.» 1 On est ici au plus proche de l’idée d’un «parti du négatif».

2 Et pourtant, Feuerbach ne propose en cela rien d’autre qu’une radicalité philosophique, qui ne répond à des exigences historiques et politiques qu’en supposant que ces exigences sont d’ordre philosophique. Pour Bakounine comme pour Feuerbach, il est clair que l’avenir est à la négativité: il s’agit de faire place nette, et ce n’est qu’à la condition de rejeter ce qui existe qu’il est possible d’innover. Mais de quel passé faire table rase, et dans quel but? Quel est le contenu de la négativité? S’agit-il de faire la révolution en philosophie ou bien d’investir le champ de la pratique? C’est sur ce dernier point que Bakounine innove par rapport à ses contemporains allemands, quand bien même la lecture de Feuerbach a pu nourrir chez Bakounine l’idée d’un primat du négatif.

Chaussures Bunker marron femme NNXSm

Cet été, profitez de 2 mois d'abonnement gratuits + 2 mois de musique en cadeau !

2 mois d'abonnement gratuits
J'en profite

Identifiez-vous

Rejoignez-nous

Choisissez votre formule d'abonnement pour accéder en illimité à tout Mediapart.

Je m'abonne à partir de 1€

Bariza KHIARI défend explicitement un islam tolérant mais, pour certains, ce n'est pas suffisant !

Bariza KHIARI

http://fr.wikipedia.org/wiki/Bariza_Khiari

XX

Combien de fois ai-je entendu depuis plus de dix ans : "ce serait bien de voir et d'entendre explicitement un islam tolérant, de liberté, d'égalité, etc...

Voilà une dame, sénatrice et musulmane, pas intégriste pour un sou, qui le fait.

Son propos n'est pas clientéliste ou communautariste.

Elle se contente de dire sobrement que son islam est pacifié, égalitaire entre homme et femme, etc...

Mais pour les islamophobes, ce n'est pas toujours pas suffisant.

Sur ce site pro-israélien ou trouve cette lettre ouverte d'Hamdane Ammar:

Lettre ouverte à la sénatrice socialiste Bariza Khiari, qui ose parler d’un bon islam.

La suite est une analyse à charge contre des références tout à la fois de l'islam et de la société musulmane qui ne sont sans doute pas ou plus celle de notre sénatrice.

Elle dit et répète qu'elle est citoyenne, impliquée dans le mieux vivre à Paris ou à Marseille, avec une option social-démocrate et laique. Rien n'y fait !

XX

Pour la saluer, en toute amitié, voici un extrait de son intervention sur la diversité :

ce terme est d’usage relativement récent en France. Il y a encore peu de temps, on parlait plus volontiers- d’intégration pour les populations d’origine étrangère,- d’adaptation pour les personnes souffrant d’un handicap, ou les personnes âgées- de parité pour les femmes.

Les esprits chagrins se plairont à souligner les limites, les insuffisances, et les contradictions que porte cette notion : il est vrai que- Parler de diversité dans la République Une et Indivisible ne va pas sans poser de problèmes théoriques ;- Parler de diversité revient à mettre sur le même plan des situations de discriminations et d’inégalité qui ne se ressemblent pas en apparence- Enfin, parler de « diversité » n’épuise pas la question de l’inégalité

Cet assemblage de discriminations hétéroclites a ses défauts, mais il porte un sens primordial à mes yeux.Il sous-tend que, quelque soit la situation de départ, ce sont les mêmes processus, mécanismes, logiques, les mêmes forces qui, en dernier ressort, sont à l’œuvre dans le phénomène d’exclusion, de relégation ou de plafond de verre. La notion de diversité à surtout l’incroyable mérite de ne pas opposer, de ne pas différencier, de ne pas hiérarchiser les discriminations, et de présenter la différence, quelle qu’elle soit, non plus comme un handicap, mais comme un atout, une richesse.

http://barizakhiari.parti-socialiste.fr/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Articles les plus populaires
Rejoignez-nous sur Facebook !
Les rubriques du blog
2015-2018 © FAIM DE VOYAGES
Mentions légales et politique de confidentialité | Politique éditoriale | Chaussures à lacets Meindl Tuam vertes Casual garçon 6O2QV
|